Avec Alpine Legacy, Thomas Crauwels souhaite protéger la mémoire des Alpes

Fasciné par la grandeur des Alpes, Thomas Crauwels s’est spécialisé dans la photographie de sommets.

Fin 2022, il a sorti « Alpine Legacy », un ouvrage en édition limitée de 1’250 exemplaires.

Rencontre avec un artiste qui s’est donné la mission de protéger la mémoire des Alpes qui subissent de nombreux changements en raison du réchauffement climatique.

Vous êtes spécialisé dans la photographie alpine. Pourquoi une telle passion pour la montagne et comment est-elle née? 

Ma passion est née suite à la découverte des Alpes après mon arrivée en Suisse. J’ai toujours été baigné dans la nature mais je ne connaissais pas ce milieu montagnard, il fait savoir que je suis d’origine belge. Le fait de découvrir les montagnes à l’âge de 25 ans et plus particulièrement les hautes montagnes et les glaciers a éveillé en moi cette passion et mis en lumière ma raison de vie.

Dans la préface de Alpine Legacy, vous dites être inspiré par les Alpes. Que vous inspirent-elles? 

Dès mon premier voyage au pied des hauts sommets alpins, j’ai ressenti cette grandeur qui nous dépasse en tant qu’humain. Les Alpes me permettent de m’élever spirituellement à travers les moments de contemplations lors de la réalisation de mes œuvres et également à me transcender lors de l’ascension de ces sommets.

Qu’est-ce qui vous plait tout particulièrement dans le fait d’immortaliser les Alpes? 

J’essaye de retransmettre la grandeur, la beauté et la pureté de ces hauts lieux. Les instants que je cherche à saisir sont rares et éphémères : lorsque la montagne est enneigée telle qu’elle l’était toute l’année il y a un siècle et qui ne l’est plus que pour quelques minutes aujourd’hui, avant que le soleil ne commence à transformer la neige et effacer la pureté des sommets.

Couronne impériale Zinal ©ThomasCrauwels

Comment vous y prenez-vous pour atteindre les sommets? Êtes-vous également passionné d’alpinisme? 

Les conditions que je cherche sont très rares, elles se réalisent généralement 5 à 10 jours maximum par an. Je surveille donc quotidiennement les prévisions météo, lorsqu’un créneau semble approcher à 10 jours, j’annule tous mes rendez-vous afin d’être certain de pouvoir être en montagne pour réaliser mes œuvres. Au fur et à mesure que les jours avancent, j’entrecoupe plusieurs modèles météo et essaye de déterminer dans quelle région la tempête sera la plus forte et apportera le plus de neige en montagne.

En été, je cherche à gravir tous les sommets que je photographie depuis 15 ans. Ce sont alors des autres prévisions que je cherche, celle que tout alpiniste souhaite avoir : un grand ciel bleu et pas de vent. 

Alpine Legacy est une mission comme vous le décrivez. Quelle est-elle précisément? 

Je cherche avant tout à partager les émotions que je ressens et les instants de grâce dont j’ai l’immense privilège d’être témoin. Au-delà de cela, la réalité me rattrape, les montagnes changent… rapidement… je vois l’accélération au fil des années.

Le fait d’être arrivé en Suisse « par hasard » ne me semble plus aujourd’hui être un hasard et je me sens en effet investi d’une mission : protéger la mémoire des Alpes et m’assurer que nous puissions nous rappeler de la grandeur de ces sommets et des glaciers qui ornaient les Alpes durant notre génération.

Dents du Midi ©ThomasCrauwels

Quel est le sommet qui vous impressionne le plus?

Toutes les montagnes m’impressionnent d’une manière ou d’une autre. Généralement, je suis le plus impressionné lorsque je suis au pied de la montagne durant la nuit avant de me lancer dans son ascension, mais il faut essayer de se connecter à l’instant présent et de chasser ses pensées.

Voir aussi

Votre ouvrage est-il aussi un moyen de sensibiliser à la fonte des glaces et au réchauffement climatique? 
Je cherche avant tout à faire voyager les lecteurs dans mon univers et à partager les émotions qui me transportent lorsque je contemple les montagnes. Mon travail peut également être utilisé comme preuves du changement que les Alpes subissent.

Vous avez fait le choix d’un ouvrage en noir et blanc. Pourquoi ce choix plutôt que la couleur? 

Le noir et blanc est le reflet de mon voyage personnel et de ma quête d’artiste. Je cherche à immortaliser des instants intemporels riches en émotions, le noir et blanc m’aide beaucoup à créer cet univers.

Matterhorn ©ThomasCrauwels

Quelle est votre cliché préféré dans Alpine Legacy? Et pourquoi? 

Peut-être le Mönch en page 23, l’Allalinhorn page 33 et Les Grandes Jorasses en page 73. Elles représentent l’essence de mon inspiration : le portrait d’une montagne se différencie des autres œuvres qui offrent plutôt généralement un regard sur un paysage plus large.

Des expositions sont-elles prévues? Si oui, où et quand?

J’expose de manière permanentes dans de nombreuses galeries d’art et en station de ski.

Pour en savoir plus sur le travail de Thomas Crauwels et les dates/lieux d’expositions, rendez-vous sur www.thomascrauwels.ch.

Scroller pour remonter